23 octobre : Fête du Phénix !


Le Protecteur, voulant prouver aux yeux de tous que la Melpothalie sait renaître d'une défaite, aussi cruelle soit elle, décrète cette année que le 23 octobre, vécu en véritable jour de deuil national depuis 4 ans, soit dès à présent la Fête du Phénix, autrement dit la Fête de la Renaissance.

A l'occasion de la triste commémoration de la défaite du 23 octobre 998, le Protecteur a tenu à s'adresser solennellement à toute la population melpothalienne à partir du Théâtre National Melpothalien, et en direct à la télévision. Plutôt que de paraphraser et commenter son discours, voici les propos exacts tenus par Paul de Melpothalie.
"Mesdames, Messieurs, mes enfants, vous tous les Melpothaliens savez ce qu'évoque le 23 octobre. Le simple fait d'évoquer ce pénible souvenir nous fait tous frémir le coeur et le corps. Cela fait 4 ans aujourd'hui. Cette date évoque à elle seule les deux années de souffrance de notre peuple sous la tyrannie de l'Impératrice byllisienne, dont nous n'évoquerons pas le nom exact. L Impératrice byllisienne (faux-portrait)Ce jour là, nous avons vécu une terrible défaite, et avons perdu de nombreux melpothaliens. Les enfants y ont payé le plus lourd tribut. La Melpothalie a perdu alors une grande part d'innocence et de magie. Que de rêves brisés ce jour-là !
Mais depuis le départ de l'Impératrice et de ses troupes, ne laissant que ruines derrière elle, la Melpothalie se reconstruit petit à petit. Le souvenir de l'Impératrice se dissipe peu à peu dans le brouillard du passé. Seul un portrait d'elle existe encore dans notre Musée d'Histoire Nationale. Encore faut-il savoir qu'il est faux, car, en effet, il représente une autre femme, inconnue, mais la ressemblance avec l'Impératrice est si près de la perfection, qu'il a été d'office choisi pour la représenter, presque officiellement. Les quelques hérétiques de l'Empire et leurs nombreux écrits lyriques patriotiques ont fini eux-aussi par sombrer dans l'abîme de l'oubli.
Nous avons certes essuyé d'autres défaites depuis, mais nous avons toujours survécu, pour mieux apprécier nos victoires. Notre capacité de renaissance est notre force. C'est pourquoi le symbole d'un Phénix orne le drapeau de la Capitale, Melpothalie. Le Phénix est un message à nos ennemis : nous pouvons échouer, vous pouvez nous vaincre, mais nous renaîtrons toujours de nos cendres, tant qu'un Melpothalien vivra en Melpothalie.
C'est pourquoi aujourd'hui, j'ai l'immense honneur de décréter le 23 octobre non plus l'anniversaire endeuillé de notre défaite, mais la Fête du Phénix, la fête de notre renaissance ! (Applaudissements et cris de joie) Il n'est plus le temps de pleurer sur nos échecs, mais de célébrer nos victoires passées, présentes et futures ! (Applaudissements) Ennemis, nous n'avons pas peur de vous ! Voyez-nous danser ! Voyez-nous chanter ! Voyez comme on rit de vous aujourd'hui ! (Applaudissements, Rires) Alors, Melpothaliens, sortons à présent, et vivons intensément cette journée de fête, la première Fête du Phénix !"
A la suite de ce magnifique discours, le Protecteur a rejoint la foule, jusqu'à se mêler parfaitement avec tout le peuple. Alors les Melpothaliens sont sortis du Théâtre, les autres sont sortis de chez eux, dans la rue, et tous ensemble, ils ont entonné plusieurs fois l'Hymne à la Joie de Beethoven, dansé toute la journée et rit à en faire frémir les ennemis !

Terporre. 23 octobre 1002.